top of page
  • Photo du rédacteurWorld Health Organization

Révolutionner l'assainissement : ouvrir la voie à la réglementation des services


Lors du symposium international All Systems Connect 2023, des experts du monde entier discuteront de la manière de renforcer les systèmes d'assainissement pour tous, en particulier ceux qui vivent dans les zones urbaines. En amont, Batsirai Majuru, responsable technique et responsable de RegNet à l'Organisation mondiale de la santé (OMS), évoque l'importance de la réglementation et recommande cinq étapes pour réaliser les améliorations nécessaires à l'atteinte de cet objectif.

En 2021, le rapport sur l'état de l'assainissement dans le monde a montré que l'approche actuelle de la fourniture de services d'assainissement, en particulier dans les villes, est trop lente, n'est pas équitable et ne permet pas d'obtenir tous les avantages sanitaires, sociaux et économiques d'un assainissement géré en toute sécurité pour tous. Il recommande aux gouvernements de créer et d'appliquer des règles pour s'assurer que les prestataires de services d'assainissement font correctement leur travail. Les principaux points sont les suivants :

  1. Les réglementations peuvent contribuer à garantir que les services d'assainissement protègent la santé des personnes.

  2. Les réglementations devraient se concentrer sur la fourniture de services sûrs et inclusifs, quel que soit le type d'infrastructure utilisé.

  3. Un système bien structuré peut créer des opportunités commerciales, attirer des investissements privés et encourager l'innovation pour la santé publique et d'autres objectifs, comme la résilience climatique.

Cependant, de nombreux pays ne disposent toujours pas d'une réglementation appropriée de leurs systèmes d'assainissement, en particulier des services sans égouts. Même lorsqu'il y a des régulateurs, ils n'ont souvent pas le pouvoir, le soutien juridique, l'appui politique ou les ressources nécessaires pour faire leur travail efficacement. Mais certains pays, comme la Malaisie, les Philippines, le Japon, la Zambie et le Brésil, commencent à trouver de meilleurs moyens de réglementer tous les types de services d'assainissement. L'OMS et ses partenaires - l'association des régulateurs de l'eau et de l'assainissement de l'Afrique orientale et australe (ESAWAS), l'Asociación de Entes Reguladores de Agua Potable y Saneamiento de las Américas (ADERASA), Water & Sanitation for the Urban Poor (WSUP), et les membres du Réseau international des régulateurs de l'eau potable et de l'assainissement (RegNet) - avec le soutien de la Fondation Bill & Melinda Gates (BMGF) - ont travaillé ensemble pour aider les pays à déterminer comment établir des priorités et créer de meilleures réglementations pour leurs systèmes d'assainissement. Ils ont constaté que :

  1. Il manque souvent des mandats et des responsabilités clairs pour les services d'assainissement.

  2. Pour améliorer la santé publique et l'inclusion, les mandats légaux doivent être soutenus par de meilleurs mécanismes et outils de responsabilisation.

De nombreux pays ne disposent pas de règles ou de financements appropriés pour les services d'assainissement, en particulier dans les zones urbaines et périurbaines informelles. Pour atteindre les objectifs de santé et de développement urbains, les pays doivent clarifier leurs objectifs et définir de meilleurs moyens de responsabiliser les personnes chargées de fournir des services d'assainissement.

En se basant sur l'expérience de pays qui ont réussi, comme la Zambie, voici cinq étapes qui peuvent aider à améliorer la réglementation en matière d'assainissement :

  1. Comprendre la situation juridique actuelle. Mener une étude juridique détaillée pour identifier les agences responsables de la réglementation des services d'assainissement et repérer les lacunes ou les chevauchements.

  2. Examiner et renforcer le cadre institutionnel et réglementaire. Apporter les modifications nécessaires au modèle réglementaire, à la mission et au mandat.

  3. Développer des mécanismes de responsabilité efficaces et financés. Les régulateurs doivent disposer de l'autorité et des outils nécessaires pour tenir les prestataires de services responsables de la fourniture de services d'assainissement adéquats.

  4. Mettre en place et financer des systèmes solides de gestion des données publiques. Ces systèmes aident les régulateurs, les fournisseurs de services et les citoyens à planifier, exécuter et améliorer les services.

  5. Améliorer les capacités et la motivation des régulateurs, des autorités chargées des services et des fournisseurs. Fournir des formations, des incitations et des ressources au personnel pour qu'il apprenne, se développe et travaille activement à l'amélioration des services d'assainissement.


Le processus de création d'un système réglementaire fonctionnel en matière d'assainissement est un effort à long terme. Il nécessite une adaptation et une amélioration constantes pour faire face à l'évolution des circonstances et des défis. En suivant les étapes ci-dessus et en s'inspirant d'exemples réussis, les pays peuvent travailler à l'amélioration des services d'assainissement pour tous. Ce sujet sera exploré à All Systems Connect - voir le thème WASH Learning de notre programme, session w1.8 le jour 3 Comment les régulateurs peuvent améliorer la fourniture de services d'assainissement sur site. Plus d'informations :

Photo : 1) Les Dr Samreen Khalil et Farukh S., responsables de l'éradication de la polio à l'OMS, procèdent à un échantillonnage de l'environnement pour la polio avec leur équipe à Shaheen Town, Peshawar, Khyber Pakhtunkhwa, Pakistan. OMS/Blink Media - Saiyna Bashir. 2) Kakuma, Kenya - NOOR / Sebastian Liste.

6 vues0 commentaire

Comments


bottom of page